Esquisse d’une lecture comparative entre Hegel et Erwin Straus

Autores/as

  • Remy Rizzo Université de Liège

DOI:

https://doi.org/10.5281/zenodo.4294221

Palabras clave:

Hegel, Straus, phénoménologie

Resumen

La problématique directrice de cette étude vise à dessiner l’ébauche d’une confrontation critique entre deux théories du sentir, celle de Hegel d’un côté, et celle de Straus de l’autre. Dans les deux cas, ces deux protagonistes décrivent le procès génético-sensitif d’émergence de la conscience. Tout d’abord, pour poser les jalons de cette comparaison, nous construirons une problématique historique qui s’ancrera dans un examen des principaux présupposés, essentiellement cartésiens, de la psychologie objective tels qu’ils sont présentés par Straus. D’emblée, il faut constater que, dans son histoire de la psychologie, Straus ne mentionne pas la théorie hégélienne du sentir, alors même que Straus connaît, pour le citer2, l’œuvre du philosophe de Stuttgart. Pourtant, dans son Anthropologie (premier moment de l’Esprit subjectif) Hegel dévoile des éléments dignes d’intérêt quant à un rapprochement avec la théorie straussienne du sentir. Cette problématique sera donc, dans un deuxième temps, suivie d’une problématique philosophique qui s’interrogera, à partir des théories straussienne et hégélienne, sur l’ontogenèse sensitive de la conscience. Nous chercherons à savoir dans quelle mesure Hegel, qui dans l’Anthropologie a l’idée d’une nouvelle science empirique, une physiologie psychique, anticipe la critique de Straus à l’égard de la psychologie contemporaine. Après quoi sera envisagée la théorie straussienne du sentir qui révèlera aussi l’extrême actualité de Hegelsur cette question. Enfin, nous conclurons en abordant les raisons d’après lesquelles tant l’anthropologie hégélienne que la phénoménologie de Straus se séparent foncièrement de tout type de phénoménologie fondée strictement sur le primat de l’intentionnalité et accablée à un je pense constituant, mais pas constitué. 

Citas

BENVENISTE E. (1966). Problèmes de linguistique générale - 1, Paris: Gallimard.

DESCARTES R. (1992). Méditations métaphysiques, présentation par M. et J.-M. Beyssade, Paris: GF Flammarion.

DESCARTES R. (2010). Les passions de l’âme, Édition de G. Rode-Lewis, Avant-propos par D. Kambouchner, Paris: Vrin.

HEGEL G.W.F. (GW 9). Phänomenologie des Geistes, in HEGEL G.W.F., Gesammelte Werke 9, Hrsg. von W. Bonsiepen u. R. Heede, Hamburg: Meiner (1980).

HEGEL G.W.F. (GW 20). Enzyklopädie der philosophischen Wissenschaften im Grundrisse (1830) [Enz.], in HEGEL G.W.F., Gesammelte Werke 20, Hrsg. von W. Bonsiepen u. H.- C. Lucas, Hamburg: Meiner (1992).

HEGEL G.W.F. (TW 9). Enzyklopädie der philosophischen Wissenschaften, II, Hrsg. E. Moldenhauer und K.M. Michel, Frankfurt am Main: Suhrkamp, Werke 9 (1986).

HEGEL G.W.F. (TW 10). Enzyklopädie der philosophischen Wissenschaften, III, Hrsg. E. Moldenhauer u. K.M. Michel, Frankfurt am Main: Suhrkamp, Werke 10 (1986).

HEGEL G.W.F. (2006). Encyclopédie des sciences philosophiques, 3 : Philosophie de l’esprit, trad. fr. B. Bourgeois, Paris: Vrin.

KANT I. (1956). Kritik der reinen Vernunft, Hamburg: Felix Meiner.

MERLEAU-PONTY M. (1964). Le visible et l’invisible, Paris: Gallimard.

SARTRE J.-P. (1990). « Une idée fondamentale de la phénoménologie de Husserl : l’intentionnalité », in Situations philosophiques, Paris: Tel, Gallimard.

SIMHON A. (2003). La Préface de la Phénoménologie de l’esprit de Hegel, Bruxelles: Ousia.

STRAUS E. (1978). Vom Sinn der Sinne, Ein Beitrag zur Grundlegung der Psychologie (zweite Auflage), Berlin-Heidelberg-New-York: Springer Verlag.

STRAUS E. (2000). Du sens des sens, Contribution à l’étude des fondements de la psychologique, trad. fr. G. Thinès et J.-P. Legrand, Grenoble: Millon.

Publicado

2020-07-31

Cómo citar

Rizzo, R. (2020). Esquisse d’une lecture comparative entre Hegel et Erwin Straus. Characteristica Universalis Journal, 1(1), 160–181. https://doi.org/10.5281/zenodo.4294221

Número

Sección

Artículos